Le Prix de la Popularité

Etalons populaires et la Génétique des Populations

Par C.A. Sharp, traduit par Corine Graham

Double Helix Network News, été 1998

 

Prenons le cas hypothétique de Old Blue, Malthound extraordinaire.  Blue était parfait : solide, sain et intelligent.  En semaine il récupérait des boules de malt de l’aube au crépuscule.  Le week-end il brillait dans les concours sur les terrains de malt et d’obéissance, ainsi qu’en expo où il était leurré par – vous l’aurez deviné – des boules de malt.

 Tout le monde avait une bonne raison pour utiliser Blue en reproduction, donc tout le monde le faisait.  Ses descendants trottaient dans ses empreintes de pattes à travers leurs générations.  Blue est mort pleins d’années et plein d’honneur.

 Mais ce que les gens ne savaient pas c’était que Old Blue, bon comme il l’était, portait quelques mauvais gènes.  Ils ne l’affectaient pas, ni la grande majorité de ses descendants immédiats.  Pour compliquer davantage l’affaire, certains de ces mauvais gènes étaient liés à des gènes de traits de Malthound important. 

 Quelques Malthounds ayant des problèmes ont commencés à apparaître.  Ils semblaient isolés, donc tout le monde supposait que c’était « juste une de ces choses ».  Quelques-uns d’entre eux ont déclarés que «  ce n’était rien du tout ».  Ces individus avaient généralement des chiens atteints.  Dans l’ensemble, les gens continuaient comme d’habitude.

 Le temps a passé.  Encore d’autres chiens à problèmes sont arrivés.  Les gens ont fait exprès de ne pas mentionner les problèmes à d’autres personnes car tout le monde sait que le propriétaire de l’étalon blâme toujours la chienne pour les mauvaises choses et prend le crédit pour les bonnes choses.  Les propriétaires des étalons savaient qu’il valait mieux de garder le silence afin de ne pas semer les ennuis.  Dans l’ensemble, personne n’a fait quoi que ce soit pour élucider les problèmes, parce que s’ils étaient vraiment importants, tout le monde en parlerait, non ?

 Les années ont passés.  Old Blue avait depuis longtemps moisit dans sa tombe.  A présent, tout le monde avait des problèmes, de grands problèmes comme les cataractes, l’épilepsie ou la maladie de la thyroïde jusqu’à de choses moins spécifiques comme de mauvaises mères ou des durées de vie courte.  « Où puis-je aller pour m’éloigner de tout cela ? » demandaient les éleveurs.  La réponse n’était nulle part. 

 Les gens se sont fâchés.  « Les responsables doivent être punis ! » Les éleveurs qui estimaient que leurs programmes pourraient être impliqués donnaient des réponses évasives.  Certains ont décidés de silencieusement tirer, enterrer et se taire.  Quelques courageux se sont levés et ont admis que leurs chiens avaient des problèmes et ils ont été chassés de la race. 

 La guerre a continué, avec les propriétaires, les éleveurs et les bénévoles dans les refuges jetant des accusations à l’un et l’autre.  Pendant ce temps tout le monde continuait à travailler comme d’habitude.  Après une ou deux décennies de plus la race entière de Malthounds c’est effondré sous le poids de ses débris génétiques accumulés et la race a disparu. 

 Cette petite fable radicale est une exagération – mais pas une énorme exagération.   Voici  un exemple similaire, quoique moins radicale, de la vie réelle : Il était une fois un étalon Quarter Horse nommé Impressive.  Le nom lui allait bien.  Il a engendré de nombreux poulains qui portaient ses traits désirables.  Mais quand eux et leurs descendants étaient mariés ensemble, la progéniture mourrait des fois.  Impressive était le porteur d’un seul gène défectueux (monofactoriel) qui était un récessif létale.  Personne ne savait qu’il était là jusqu’à ce qu’ils commencent à reproduire sur lui.  La situation d’un seul étalon ayant ce genre d’effet génétique radicale sur une race est devenue connu comme le « Syndrome Impressive ». 

 Beaucoup d’espèces et races d’animaux domestiques, y compris les chiens, ont subi leurs propres « Syndromes Impressive ».  Mais des cas comme celui d’Impressive ne sont que la pointe de l’iceberg.   Un récessif d’un seul gène défectueux (monofactoriel) devient évident en quelques générations.  Mais qu’en est-il de traits plus complexes ?

 Cela ne veut pas dire que les étalons populaires que nous admirons sont de mauvais espoirs pour la reproduction.  Leurs nombreux excellents traits doivent être utilisés, mais même le meilleur d’entre eux a des gènes de traits négatifs. 

 Le problème n’est pas les étalons populaires, mais la façon dont nous les utilisons.  Pour plus d’un siècle, la consanguinité a été le nom du jeu.  (Pour les fins du présent article, « consanguinité » se réfère à la reproduction  de chiens liés les uns aux autres donc comprend aussi la consanguinité que sur une seule lignée.)  En reproduisant des individus apparentés, un éleveur augmentait ses chances de produire des chiens homozygotes pour les traits qu’il voulait.  Les individus homozygotes sont beaucoup plus susceptibles de produire ces traits dans la prochaine génération.

 Quand un mâle présente un certain nombre de traits positifs et prouve sa capacité à produire ces traits, il peut devenir un étalon populaire, un qui est quasiment utilisé par tous les éleveurs au cours de sa vie, et peut-être même au-delà, grâce à du sperme congelé. 

 Parce que les enfants, petits-enfants et ainsi de suite sont bons, les éleveurs commencent à les faire reproduire entre eux.  Si les résultats continuent d’être bons, des hybridations supplémentaires peuvent être faites pour des générations.  Parfois, un étalon sera si largement utilisé que, des décennies après, les éleveurs peuvent même ne pas être conscients que leurs animaux sont si étroitement liés car le chien ne figure plus sur leurs pedigrees. 

 C’est le cas chez le Berger Australien.  La plupart des Aussies de lignées beauté remontent, à plusieurs reprises, à l’un ou l’autre frère germain : Wildhagen’s Dutchman of Flintridge et Fieldmaster of Flintridge.  Ces deux-là, des produits d’un programme de consanguinité, étaient des individus de qualité et des étalons très populaires.  Ils sont en grande partie responsables pour toute la qualité et l’uniformité que nous voyons dans les rings d’expo aujourd’hui, une uniformité qui n’existait pas avant leur naissance il y a près de trois décennies.

 Les lignées travail ont également eu des étalons populaires, mais les traits de performance sont beaucoup plus complexes génétiquement et il y a un impact significatif de l’environnement.  Ils sont donc plus difficiles à fixer.  Les éleveurs de performance utiliseront de la consanguinité, mais ils sont plus susceptibles de se focaliser sur les traits de comportement et la solidité en générale au lieu du pedigree et les minuties de conformation.   Les meilleurs étalons de travail sont rarement aussi omniprésent que les meilleurs étalons de lignées beauté.

 Chaque étalon populaire ne le devient pas en raison de sa capacité à produire des descendants de qualité.  Certains ont gagnés de grands concours ou appartiennent à des individus avec un talent pour la promotion.  Ces chiens peuvent se révéler être des fiascos une fois que leur progéniture est assez âgée pour évaluer.  Mais beaucoup d’éleveurs ont eu recours à l’animal pour les quelques années qu’il faut pour le comprendre, et les dégâts peuvent déjà avoir été fait.

 L’utilisation des meilleurs étalons populaires, par sa nature même, limite la fréquence de certains gènes dans le pool génétique de la race tout en augmentant la fréquence d’autres.  Parce que les fils et petits-fils d’étalons populaires ont tendance à devenir des étalons populaires la tendance se poursuit, entraînant une diminution supplémentaire et même l’extinction de certains gènes tandis que d’autres deviennent homozygotes partout dans la race.  Certains de ces traits seront positifs, mais pas la totalité.

 Les propriétaires de Old Blue, le Malthound dans la fable au début de l’article, et ceux qui possédaient des descendants proches n’avaient aucune idée de ce qui se passait sous leur nez.  Ils étaient ravis d’avoir des étalons supérieurs et encore plus heureux de pouvoir les faire saillir avec le plus grand nombre de chiennes de qualité que possible.

 L’élevage canin ainsi que la promotion sont des  propositions coûteuses.  On est généralement dans le rouge.   Mais si on possède un étalon populaire tout cela peut changer.  La situation ressemble être gagnante pour tout le monde.  Le propriétaire de l’étalon trouve sa charge fancière réduite tandis que les éleveurs de près et de loin prennent part des gènes d’or du chien.

 Personne qui élève des chiens ne veut produire des chiens malades.  Une petite minorité sont sans pitié et suffisamment inconsidéré pour ignorer les problèmes génétiques comme étant le prix que vous payez pour avoir des gagnants, mais même eux vont faire de leur mieux pour éviter que ça reçoit de l’attention générale.

 Nous avons besoin d’un réexamen total de la façon dont nous utilisons les étalons.   Aucun chien, peu importe sa qualité supérieure, devrait dominer le pool génétique de sa race.  Les propriétaires de tels étalons devraient sérieusement envisager de limiter la fréquence dont leur chien est utilisé, annuellement, pendant sa vie et à l’avenir, si son sperme congelé est stocké.  Le propriétaire de l’étalon devrait également examiner non seulement la qualité de femelles présentées, mais aussi leurs pedigrees.  A quel niveau sera augmentée la consanguinité par une saillie en particulier ?

 Le propriétaire de la chienne doit également y réfléchir à deux fois les étalons populaires.  Si vous utilisez l’étalon du moment et tout le monde fait pareil, où irez-vous quand viendra le moment de faire une retrempe ?

 Enfin, l’attitude envers la maladie génétique lui-même doit changer.  Il doit cesser d’être le sale petit secret de tout le monde.  Il doit cesser d’être une brique qu’on utilise pour matraquer ceux qui ont l’honnêteté d’admettre ce qui leur est arrivé.  Il doit devenir un sujet de discussion ouvert et raisonné pour que les propriétaires d’étalons et de femelles puissent prendre des décisions éclairées de reproduction.  A moins que les éleveurs et propriétaires repensent leurs objectifs à long terme et comment ils réagissent à des problèmes héréditaires, la situation ne fera que s’aggraver.