Membrane Pupillaire Persistante (MPP)

Rév. Mars 2013

 

La membrane pupillaire est une structure du fœtus qui couvre la pupille avant la naissance.  Elle est censée se résoudre (disparaître) peu de temps après la naissance.  Parfois, toute ou partie de celle-ci persistera.  C’est ce qu’on appelle une membrane pupillaire persistante (PPM ou, en Europe, MPP).  La plupart des PPM ne causent pas de déficit visuel important, mais certains, en particulier ceux qui se fixent au cristallin ou la cornée, peuvent causer des opacités aveuglantes.  Une PPM qui ne s’est pas résolu (disparu) à l’âge d’un an est héréditaire, même si le mode de transmission est inconnu.

Les PPM ne sont pas une préoccupation majeure chez les jeunes chiots.  Parfois, des retards de développement mineurs font que certaines parties de la membrane pupillaire restent plus longtemps que la normale.  Celles-ci ne posent pas de problème pour le chien.  Un chiot avec une PPM doit être revérifié dans 6 mois à un an.  Si la PPM s’est résolu à un an d’âge, il n’y a rien à craindre.

Le Collège Américain des Vétérinaires Ophtalmologues (ACVO) ne considère pas une PPM iris à iris comme importante et cela réussira un examen de dépistage avec simplement une notation.  Toutefois, celles qui s’attachent au cristallin ou la cornée peuvent provoquer des opacités parfois aveuglantes de ces structures.  Ces types de PPM ne vont pas réussir un examen CERF.

Vous ne devez pas faire reproduire un chien avec une PPM qui s’attache au cristallin ou la cornée.   Si vous faites reproduire des chiens avec d’autre formes de PPM, il serait mieux si vous ne les faisiez pas reproduire avec des chiens proches sur leurs propres pedigrees ni avec des partenaires qui ont des antécédents familiaux récents de PPM.

Traduit par Corine Graham