Les vaccins

Février 2014

 

Les vaccins contribuent à protéger les chiens contre les maladies contagieuses graves et potentiellement mortelles.  Dans le cas de la rage, ce risque s’étend non seulement aux chiens, mais à vous et tous les autres mammifères qui pouvez entrer en contact avec le virus.  Avant les vaccins, il n’était pas rare pour la maladie de Carré d’éliminer un élevage en entier, parfois plus d’une fois.  Lorsque le parvovirus est apparu et qu’il n’y avait pas de vaccin, il y a avait peu que les gens pouvaient faire pour le prévenir et beaucoup de chiens sont mort de la maladie.  Alors qu’il peut y avoir des risques associés à l’utilisation de vaccins, les conséquences néfastes sont très rares.  En abandonnant les vaccins en raison de ce faible risque, vous mettez vos chiens à la plus grand risque de contracter une maladie contagieuse. 

Si vos chiens restent en bonne santé sans vaccins, c’est probablement parce que la plupart des autres chiens dont ils entrent en contact avec sont vaccinés ; si votre chien n’est jamais exposé par un contact direct avec un chien infecté ou ses excrétions, vous ne pouvez pas vraiment savoir s’il a une immunité naturelle élevée ou non.  Compte tenu de la nature extrême des maladies pour lesquelles on vaccine, ne pas les faire ne vaut pas le risque.  La chose importante à éviter avec les vaccins c’est l’usage excessif, car cela peut interférer avec le bon fonctionnement immunitaire.

La vaccination antirabique des chiens est généralement régie par la loi.  Les vaccins modernes sont efficaces s’ils sont administrés sur un cycle de trois ans après que le chien a eu sa primovaccination chiot et à un an.  Toutefois, la législation locale peut imposer une administration plus fréquente.  Pour les autres vaccins, l’American Animal Hospital Association (AAHA) conseil que la plupart des chiens reçoivent une série de trois vaccins chiot, un vaccin adulte à un an et tous les trois ans par la suite.  Si le chien n’a pas été vacciné avant 16 semaines d’âge, il convient de lui donner deux doses à 3-4 semaines d’intervalle, puis tous les trois ans, à l’exception de la para-influenza pour laquelle une dose initiale est suffisante.   Des exceptions à ces règles générales sont le Bordatella, la leptospirose, et le Lyme, dont une série de deux doses chiot est conseillé avec des rappels annuels à l’âge adulte.  (Le Bordatella peut être administré tous les 6 mois dans les zones à haute risque).   Des vaccins pour les morsures de serpent à sonnette et les maladies parodontales doivent être administrés suivant les modes d’emploi des fabricants.  Non conseillé pour utilisation sont : le parvovirus canin inactivé, l’adénovirus canin-1, l’adénovirus canin-2 inactivé, la giardiose, et le coronavirus.  L’AAHA considère que le parvovirus, la maladie de Carré, l’adénovirus-2 (vivant atténué) et la rage sont des vaccins « de base »,  nécessaire pour tous les chiens en Amérique du Nord.  Si vous habitez ailleurs il peut y avoir un groupe différent de vaccins nécessaires pour protéger contre les maladies qui surviennent dans l’environnement de votre région. 

Si un chien a un système immunitaire compromis, pour cause de maladie, de charge parasitaire, de malnutrition, de médicaments immunosuppresseurs, ou à cause de stress, son système immunitaire peut ne pas être en mesure de répondre à un vaccin.  Chez les chiots, le système immunitaire doit apprendre à fonctionner ; la défaillance d’une vaccination peut se produire tout simplement parce que le système immunitaire du chiot ne savait pas comment réagir correctement (c’est la raison que de multiples doses de certains vaccins sont donnés).

Les réactions aux vaccins sont rarement dues au vaccin lui-même, mais à d’autres substances destinées à maintenir la viabilité du vaccin ou d’étendre le produit pour faciliter l’administration.  Chez les chiots le système immunitaire apprend à fonctionner et peut parfois empêcher une réponse immunitaire adéquate au vaccin ce qui va conduire à une réaction excessive.  Les réactions aux vaccins peuvent se produire pour une grande variété de raisons : le chien était malade, sous médicaments, sous le stress, ou – dans de très rares cas – a un système immunitaire intrinsèquement défectueux.  Si le chien avait déjà des réactions similaires à d’autres choses, cela pourrait indiquer une sorte de dysfonctionnement du système immunitaire, mais dans ce cas le vaccin peut avoir été une coïncidence de la réaction si le chien a été exposé à ce qui l’a fait réagir pendant l’épisode d’avant au moment de la vaccination.

Des réactions aux vaccins diagnostiqués par des vétérinaires ont été signalées chez 5% des chiens dans l’enquête de santé de l’ASHGI mais la rage est le seul type de vaccin pour lequel un nombre important de réponses ont été soumis.   Si votre vétérinaire confirme qu’une réaction apparente a été causée par un vaccin,  il faudra suivre ses conseils sur la façon de procéder à l’avenir. 

Traduit par Corine Graham