Dysplasie de la Hanche

Révisé Avril 2014

 

La dysplasie de la hanche, une combinaison de laxité articulaire de la hanche et d’une dégénérescence des articulations, est une maladie multifactorielle résultant d’une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux.  La maladie est génétiquement prédisposée mais des facteurs environnementaux, y compris le niveau et le type d’exercice, la nutrition et la stérilisation ont une incidence sur le développement et la progression de la DH.  Avoir la dysplasie de la hanche est un facteur de risque d’avoir également une dysplasie du coude; plus l’état est grave, plus le risque est élevé.

Certains chiens atteint de la DH montrent peu ou pas de signes de boiterie tandis que d’autres seront gravement touchés à un âge précoce.  Parfois, la chirurgie orthopédique peut soulager les symptômes, mais les procédures sont coûteuses.

Des chiens dysplasiques peuvent être produits dans des lignées où des chiens sur plusieurs générations ont été dépistés et déclarés exempts de la DH.  Par conséquent, il est nécessaire d’examiner le statut des hanches de collatéraux dans la même famille (proches mais ne figurant pas sur un pedigree standard) pour déterminer le niveau de risque génétique derrière n’importe quel chien donné.

Des antécédents familiaux précis peuvent être difficiles à trouver, en particulier aux Etats Unis où la déclaration ouverte de résultats de dysplasie de la hanche n’est pas obligatoire.  En outre, la plupart des chiots vendus en chien de compagnie n’auront pas leurs hanches radiographiées.   Tous les Bergers Australiens utilisés pour la reproduction doivent avoir leurs hanches radiographiés.  Quand un éleveur prend conscience qu’il a produit un chien atteint par la DH, il devrait rendre cette information accessible ouvertement en utilisant une lecture officielle dans un système qui permet ou exige une liste ouverte des résultats, en affichant les résultats sur son site web, ou en envoyant le rapport à la base de données IDASH Open Health de l’ASHGI.

Traduit par Corine Graham