Effrayé par le Blanc

Par CA Sharp, traduit par Corine Graham

Rév Avril 2013

 

Le sujet d’Aussies blanc, ou majoritairement blanc, est un sujet contentieux partout où les gens dans l’Aussie se rassemblent.  Trop de blanc est « mauvais » et les personnes qui gardent ces Aussies sont stigmatisées comme étant ignorant ou irresponsable.  En étant un éleveur à la retraite, une autorité sur la génétique de l’Aussie et (oh mon dieu !) l’ancienne propriétaire d’une chienne merle homozygote, maintenant décédée après une vie longue et heureuse, je suppose que je devrais aborder la question.

Avant que vous commencez à allumer votre petit bois, je ne conseille ni promeus pas que la plupart des gens dans la plupart des cas gardent des Aussies blancs.  La chienne que j’avais a été gardé intentionnellement et donné à des fins de recherche non invasives.  Quand la carrière « scientifique » de Moby était terminée, je l’ai gardé  parce qu’elle aimait la vie et moi je l’aimais.

Les Aussies majoritairement blanc sont presque toujours le résultat d’un mariage merle x merle.  Ces merles homozygotes (qui signifie « deux gènes identiques ») ont hérité le gène pour la couleur merle des deux parents.  Ils sont généralement, mais pas toujours, aveugles et/ou sourds.  Les défauts sont variables, de sorte que le montant de la vision et de perte auditive vont de très peu à complèt – avec la plupart tendant vers la mauvaise extrémité de cette échelle.  Les anomalies oculaires résultent d’un développement anormal des tissus de l’œil tandis que la perte de l’audition est attribuable à l’absence de pigment dans l’oreille interne.

J’ai entendu des gens dire à plusieurs reprises que les merles homozygotes souffrent également d’autres types de défauts, mais je n’ai trouvé aucune preuve tangible de cela dans la littérature vétérinaire.  Ça n’a pas été le cas avec les Aussies homozygotes merle dont j’ai une connaissance personnelle.  Je ne sais pas si l’absence de ces autres défauts est parce que nous gardons si peu de ces chiens ou parce qu’ils ne se produisent pas.

Si vous faites reproduire un merle homozygote, quelle que soit la race, vous ne devez le faire qu’avec un partenaire non-merle.  Et sauf si vous avez une expérience considérable dans la race, je vous décourage fortement de le faire du tout.  Si vous faites reproduire un merle homozygote, tous ses descendants seront probablement merle.

Je dis probablement, parce que parfois quelque chose appelé « réversion germinal » se produit et un merle homozygote produira un chiot non-merle.  Ceci a été signalé dans la littérature scientifique sur les Aussies (Sponnenberg, J Hered, 1984) et il y a des rapports anecdotiques de ce phénomène chez les Shetlands et les Colleys.  Ces chiots non-merle ne sont pas des merles cryptiques.  Ils n’ont pas de taches merles et si mariés à des non-merles, tous les chiots seront non-merle.

Les Aussies homozygote merle sont généralement, mais pas toujours, à prédominance blanche.  C’est pourquoi les standards sont discriminatoires à l’égard de la coloration blanche au-delà d’un motif « irlandais » (liste, collier, poitrine, en dessous du corps et sur les membres) et pourquoi les gens sont découragés de garder les chiots blancs.  Mais il est possible d’avoir un Aussie merle marqué « normalement » qui est également homozygote.

Betty Nelson, la présidente de l’original comité de génétique à l’ASCA pour la durée de son existence, avait une chienne homozygote merle qui était un ton de bleu moyen avec une liste sur son museau, une gorge et une poitrine blanche, un membre antérieur blanc et le bout des pattes blanches.  A peine un « marquage blanc maximale».  Mais pour sa lignée (Woods – une lignée connue pour presque pas de blanc), c’était beaucoup.  Elle était aussi claire en couleur par rapport à la pigmentation profonde qui était normale pour sa lignée.

La situation est similaire dans les races qui ont également du merle mais qui n’ont pas de marquages blancs.  Une fois, j’ai demandé à un éleveur de teckel des informations sur les « dapples », qui est ce qu’ils appellent leurs merles.  Il m’a dit que les merles homozygotes de certaines lignées avaient beaucoup de blanc, mais dans d’autres, il y en avait très peu.  Ceci est lié avec ce que je disais des lignées d’Aussie avec peu de blanc.

Il y a aussi des Aussies à prédominance blanche qui ne sont pas des merles homozygotes.  Leur blanc provient de gènes qui donnent à de nombreuses races des marquages blancs.  Ces gènes peuvent causer tout en allant de pas de blanc du tout, comme un Teckel, à un chien presque entièrement blanc, comme certains Fox Terrier.  Les Aussies avec « trop de blanc », qui ne sont pas des merles homozygotes étaient autrefois beaucoup plus commun que ce qu’ils sont aujourd’hui.  Je me souviens d’en avoir vu plusieurs quand j’ai débuté dans la race dans les années 1970.  Regardez la section historique du premier annuaire de l’ASCA pour voir certains d’entre eux.

Les Aussies blancs sont rares aujourd’hui parce que nous avons lentement éliminés les formes des gènes pour «l’excès de blanc » de notre pool génétique en ne mettant pas en reproduction les Aussies avec plus de blanc que la quantité admissible (même si la préférence pour un maximum de blanc admissible chez les chiens d’expo pousse l’enveloppe).

Si vous ne voulez pas produire des merles homozygotes dans vos portées, c’est facile de ne pas le faire : Mariez jamais deux merles ensemble.  C’est la voie que j’ai prise quand j’étais éleveur.  Si vous allez faire des mariages merle x merle, vous devez décider à l’avance ce que vous allez faire avec les chiots homozygotes.

Si vous voulez garder un merle homozygote, vous devez être prêt à vous consacrer de le garder à l’abri des dangers qu’il ne pourra pas entendre ou voir pour l’ensemble de sa vie.  Ces chiens ne sont pas pour tout le monde.  Alors que mon Moby était l’un des Aussies les plus douces que je n’ai jamais possédé, je connais d’autres qui avaient des tempéraments terribles.  Le mauvais caractère n’est pas directement un résultat d’un chien étant un merle homozygote, mais si un chien est génétiquement prédisposé à des défauts de tempérament la privation sensorielle et la facilité dont on peut les effrayer avec des choses qu’ils ne peuvent ni entendre ni voir peut pousser ces chiens limites au point d’en faire des chiens qui seraient normalement difficile encore pire.  La socialisation est nécessaire pour tout Aussie, mais doublement pour un merle homozygote.

Si vous gardez un Aussie blanc, vous devez faire tout votre possible pour éduquer les gens qui voient le chien et pense que c’est joli, sur les problèmes de merles homozygotes.  Les associations de placement ont assez de mal à placer des chiens sain, ils n’ont pas besoin de plus de chiots qui ont été abandonnés parce que des acheteurs ignorants ont découvert après le fait que le joli Aussie blanc qu’ils ont choisi avait un problème.  Ou parce qu’ils ont décidé que leur intention noble de « sauver » un chiot aveugle et sourd est devenu trop de travail.

Si vous produisez un merle homozygote, vous avez la responsabilité de voir qu’il est pris en charge.  Si vous l’avez acheté, vous avez pris un engagement pour la durée de vie de ce chien à soigner un animal handicapé.  Si vous voulez reproduire mon premier conseil est de ne pas le faire, mais si vous le faites, vous devrez sacrément bien savoir ce que vous êtes en train de faire.