L’épilepsie

Révisée en mars 2013

  

Les crises peuvent être causées par de nombreux facteurs – des blessures, une variété de maladies, des toxines, ainsi que l’hérédité. Si vous avez un chien qui a des crises, la première chose que vous devez faire est d’établir la raison. Tout chien qui souffre d’une crise importante devrait être amené chez un vétérinaire pour une évaluation et des tests.

Avec une blessure, une maladie ou une toxine, un traitement de la condition primaire arrêtera les crises dans la plupart des cas, mais si la condition primaire provoque des dommages permanents au cerveau, ils peuvent persister. Un travail approfondi du vétérinaire devrait révéler la cause des crises si elles sont dues à d’autres choses que l’épilepsie héréditaire. Avec la quasi-totalité des autres causes il y aura des signes ou des antécédents qui indiquent que quelque chose est anormal, en plus des crises.  L’exception la plus probable serait une tumeur au cerveau à un stade précoce qui pourrait initialement ne pas être diagnostiqué, car le test – une IRM – est coûteuse.

Une seule crise n’est pas une indication sûre de l’épilepsie. Les chiens épileptiques continueront à avoir des crises à intervalles tout au long de leur vie. Parfois, ces intervalles peuvent durer plusieurs mois, en particulier au début de la maladie. Parfois, le chien aura des crises focales, des événements mineurs qui peuvent échapper à l’attention du propriétaire. Des crises peuvent survenir à un moment où le chien n’est pas sous la surveillance de son maître. Quand une deuxième crise est observée, l’épilepsie primaire devient une réelle possibilité.

Les crises surviennent rarement chez le vétérinaire. Si vous êtes capable d’enregistrer une vidéo de la crise cela peut aider votre vétérinaire à diagnostiquer ce qui se passe.  Si votre chien a des crises à intervalles rapprochés (des semaines, jours, voire quelques heures d’intervalle) gardez un journal de crises décrivant où ils arrivent, à quelle heure, et ce qui précède immédiatement les incidents, ainsi qu’une description des crises elles-mêmes. Cela, aussi, peut aider votre vétérinaire à correctement diagnostiquer ou traiter votre chien.

Si aucune cause n’est trouvée, les crises sont classées comme primaire ou épilepsie «idiopathique». Idiopathique signifie « de cause inconnue », mais ce type d’épilepsie est généralement considéré comme héréditaire. Il n’y a pas de test positif pour l’épilepsie primaire à l’heure actuelle, il ne peut être diagnostiqué qu’en écartant toutes les autres possibilités raisonnables.

L’épilepsie primaire ne peut être guérie et ne va pas disparaître. Les crises se produisent périodiquement à vie si le chien n’est pas traité.  Elles deviennent souvent pires si elles ne sont pas contrôlées par des médicaments. Le traitement ne garantit pas que le chien soit en bon état. Les médicaments eux-mêmes ont des effets secondaires et dans certains cas, ils deviennent inefficaces. L’épilepsie peut tuer.

Le mode de transmission de l’épilepsie n’est évidemment pas simple. La recherche jusque-là indique que cela peut être dû à des gènes multiples ou peut-être des gènes ainsi que de l’ADN régulateur qui affecte la fonction des gènes. Cette complexité génétique signifie que les deux parents d’un chien épileptique ont contribués des gènes qui conduisent à la maladie. La contribution peut être inégale mais à l’heure actuelle il n’existe aucun moyen de déterminer ce que chaque parent contribue. Il est possible que notre race puisse avoir plus d’une forme d’épilepsie héréditaire.

Il s’agit d’une maladie très grave, potentiellement mortelle, qui coûte cher à traiter et qui peut se dérouler sur plusieurs années. Il peut être une source de grand stress émotionnel et financier pour ceux qui s’occupent du chien affecté. Pour cette raison, aucun chien épileptique ne doit reproduire, ainsi que tout chien ayant un lien de parenté proche (parents, frères et sœurs, demi -frères et sœurs ainsi que la progéniture). Des chiens ayant une parenté plus éloigné devraient être mis en reproduction avec le plus grand soin pour éviter d’autres lignées touchées par la maladie. Cette maladie est si répandue dans la race que le risque moyen qu’un chien peut avoir les gènes pour produire l’épilepsie est élevé.  Les éleveurs qui ont des chiens avec un risque supérieur à la moyenne devraient chercher à faire des mariages qui sont en dessous du risque moyen. La consanguinité sur un pedigree associée à l’épilepsie accentue le risque de produire une progéniture qui va développer la maladie.

 Traduit par Corine Graham